Avertir le modérateur

09/09/2008

Toulouse FM, Naissance D'Une Radio

"Attention, Mesdames et Messieurs, dans un instant, ça va commencer,
Nous vous demandons évidemment d'être indulgents !
Le spectacle n'est pas bien rôdé, laissez-nous encore quelques années .. journées,
Il ne pourrait que s'améliorer au fil du temps !"

[Michel Fugain - "Attention Mesdames & Messieurs" - 1972]


Toulouse FM Logo


Or donc, lundi dernier, le 1er septembre 2008, à 6h30, naissait une nouvelle radio "carrément toulousaine" :
Toulouse FM

J'eus le privilège, aussi rare que précieux, d'ouvrir l'antenne avec ma coéquipière et journaliste Milia Legasa, après introduction de mon pote, Yvan Cujious.
Mon pote, oui, quand bien même serait-il le directeur artistique de cette nouvelle station.

Jamais je n'avais vécu la naissance d'une radio, ou alors de loin, comme celle de Fun en septembre 1987 à Paris. Il était minuit. Nous étions comme des gosses dans notre studio limougeaud et nous attendions, fébriles, dépeignés, le fameux décompte, le premier micro de l'animateur.
Quant à Onde Latine, j'y posai mes valises le 17 mars 1992, soit 11 mois après son éclosion.
Le point commun de ces trois stations, Fun, Onde Latine et Toulouse FM c'est qu'elles furent imaginées et créées par une bande de copains, des passionnés de radio, des fous complets mais dans le bon sens du terme.

Je ne pensais pas y retourner, derrière un micro, j'avais d'autre(s) projet(s) mais, puisqu'il m'était offert - tant c'est un cadeau - cette opportunité, ouvrir une antenne, avec en outre, des êtres que j'aime profondément, je ne pouvais refuser, mieux, je n'ai pas hésité l'ombre d'une micro-seconde.

Je sais pertinemment que ceusses que JL Godard nommait ironiquement les "professionnels de la profession" ne feront aucunement preuve d'indulgence, mais qu'ils sachent, très amicalement, que ça m'en touche une sans faire bouger l'autre.
Je n'ai jamais exercé ce métier pour plaire à mes pairs.
Ni même à un auditoire précis, que dans le monde des médias l'on qualifie, agressivement, de "cible".
Ce n'est pas mon affaire.
Je prends juste du plaisir - sinon à quoi bon "faire" de la radio ? - et si ça "marche" tant mieux, dans le cas contraire je connais le prix et l'accepte sans barguigner.

Au bout de 23 ans de micro, on a comme un certain recul, ce qui ne signifie pas pour autant que l'on bascule dans la désinvolture.
Simplement, l'on devient comme étanche aux jugements extérieurs, imperméable aux "posts" anonymes, presque ou quasiment indifférent aux commentaires parfois revanchards de vos anciens "collègues".
J'ai ce défaut, il faut croire, de ne faire partie d'aucun clan, et surtout, de ne nourrir aucune animosité envers mes précédents patrons et/ou coéquipiers.
C'est plutôt de la tendresse qui me viendrait.
Je fais partie de cette catégorie de mec qui leur souhaite sincèrement de réussir dans leur entreprise, de donner le meilleur d'eux-mêmes.
Et d'ailleurs, sur ce blog, je garde et garderai en lien toutes les radios auxquelles j'ai participées, zappant de mon esprit les moments difficiles, car il y en toujours, ne conservant que les moments de joies, de plaisirs, de délires, de fous-rires.
L'essentiel.

Or donc voilà, une radio est née, une radio à construire, jour après jour, petit à petit, sans se précipiter, tranquillement.
Il n'y a rien de plus excitant, de plus jouissif ou, comme l'on dit, de plus kiffant, de participer activement à la naissance d'une radio, et c'est peu dire que je suis heureux et fier d'être de cette aventure.
Je me dis que ce pourrait être - et sera sûrement - l'ultime, comme on confie à une fille qu'après elle, il n'y en aura point d'autre, et qu'au moment où on le dit, on le pense vraiment.
Ça ne signifie pas que je me fixe une .. Dead-Line (humour noir .. ou private-joke pour les intimes ..) simplement quand elle sera sur les bons rails, Toulouse FM, et elle y parviendra, vu que nous ferons tout pour et sans se la péter, alors - si tant est que l'on m'en offre ou laisse le temps - je pourrai partir le coeur léger, même si la gorge nouée tant il n'est pas aisé de quitter définitivement le micro ; et, si le destin m'est favorable, me lancer dans un autre projet, personnel, le dernier.

Je salue fraternellement celles et ceux que j'ai côtoyés durant toutes ces années, je leur souhaite bonne chance, comme je souhaite bonne chance à Toulouse FM, et surtout : longue vie !


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu