Avertir le modérateur

05/04/2010

"Je suis avant tout auteur" [Françoise Hardy]

Hardy Françoise.jpgTrès compliquée d'échapper à Françoise Hardy actuellement.

Disons-le tout net : elle est partout !

Son nouvel album ("La Pluie Sans Parapluie") bénéficie d'une incroyable promotion doublée de critiques unanimes qui peuvent, j'en conviens, laisser dubitatif, quand bien même Françoise Hardy aurait un talent certain et, cette dose de mystère, juste assez, pour intriguer.

C'est à croire qu'elle est intouchable.

Bref.

Cette exposition me permet de sortir du "frigidaire" une interview qu'elle avait accordée à Onde Latine, en mai 1996. Un mercredi matin.
Quelques semaines plus tôt, elle publiait un album assez remarquable, sombre, électrique, et quelque peu Durassien (notamment par le titre "Dix Heures En Eté"), un album intitulé "Le Danger" dont elle signait tous les textes, les musiques étant l'oeuvre d'Alain Lubrano, Jean-Noël Chaléat et (nouveauté) Rodolphe Burger, ex-pensionnaire de l'excellent groupe Kat Onoma.
Cet album était un petit évènement en soi, vu que cela faisait 8 ans que Françoise Hardy n'avait plus rien gravé, soit depuis "Décalages" (1988) avec le très beau "Partir Quand Même".

Il est difficile de définir Françoise Hardy. A vrai dire, elle déroute. Elle désarme. Mais c'est une "bonne cliente" (comme on dit dans notre jargon).
Parfois, elle semble tomber de l'arbre (ou du tronc). Mais elle sait, aussi, dire non. Ah non, elle n'a jamais été actrice ! Donc oubliés "Grand Prix" de John Frankenheimer, "Masculin-Féminin" de Godard ou "Une Balle Au Coeur" de Jean-Daniel Pollet.
En revanche, elle n'a pas oublié que Bernard Tapie est un tricheur.
Ni de rappeler qu'elle donne l'horoscope sur une "station concurrente" (en l'occcurrence, RFM).


podcast



ITW Françoise Hardy [Extraits choisis] - Onde Latine - Mai 1996 - Philippe Sage/Bérangère Nataf

10/06/2008

Pas De Soucis, C'est Mercredi !

Logo Terrifiant.jpgNonobstant l'animation classique, celle d'un flux musical dans un créneau défini (long de 4 heures), les interviews qui furent de plus en plus copieuses (nous avons reçu tout le gratin de la chanson française), des rubriques ("Cette Année-Là") il y eut sur Onde Latine [*] des émissions dites thématiques, comme "Le Palmarès" et donc :
"Pas De Soucis, C'est Mercredi".

Programmée chaque mercredi de 9 heures à midi lors de la saison 1996/1997, c'était une émission ouverte avant tout aux auditeurs. Bérangère (Nataf) et moi-même proposions un thème précis sur lequel il fallait rebondir, témoigner, s'amuser. Jamais, il ne s'agissait de polémiquer.
Or donc, les thèmes étaient légers et, comme l'on dit, fédérateurs, comme par exemple "les superstitions" (26 février 1997) "le mariage" (22 janvier 1997) "les films inoubliables" (7 mai 1997).
Il y eut en tout, 29 numéros.
Pour Onde Latine, c'était une façon de tester sa popularité. Après 5 ans d'existence, nous allions enfin nous confronter amicalement aux auditeurs, avec l'angoisse d'un téléphone qui ne sonnerait pas .. Heureusement, il sonna, et assez copieusement.

Dans le son ci-joint, des extraits choisis de deux éditions ("Fan de qui, accro de quoi ?", "Vos rêves les plus fous ?").
Les "micro-trottoir" n'étaient pas truqués, juste nous interrogions sur le thème du jour le personnel d'Onde Latine. C'est pas bien méchant ..

Le montage est l'oeuvre de Thierry Land.


podcast



[*] Onde Latine était une radio plus ou moins pilotée par Europe 1. C'était plus qu'une radio, soit dit en passant. Un réseau. Qui diffusait des Pyrénées Orientales jusqu'à Menton, via Marseille, Toulon, Nice, etc.
L'idée était de promouvoir la chanson française. De Piaf à Obispo en passant par Brel, Brassens, Ferré, Sanson, Cabrel, Solaar ou Souchon. Large spectre, donc.
Le but, enfin celui qu'on nous avait donné, était de tester un tel format (qui n'existait pas sur le territoire, sinon à Paris, avec Chante France) et d'en faire, à terme, un réseau national. Après tout, imagine-t-on l'Amérique sans ses radios country ? Or, la chanson française, même diverse, c'est notre "country" à nous.
Or donc, nous avions des objectifs d'audience. C'est elle, l'audience, qu'allait faire d'Onde Latine un tête de pont, ou pas. L'aventure tint 7 années. De 1991 à 1998. Avant que Paris ne décide d'y mettre un terme, et de basculer ce réseau "sudiste" en RFM.
D'abord aux Milles, dans la "banlieue" d'Aix-en-Provence, Onde Latine migra à Marseille, à la Joliette, un quartier réhabilité, magnifique, où nous partagions l'espace avec Europe 1, Europe 2 et .. RFM.
Ces années-là ont été intenses, belles, et de fait, la fin, très douloureuse au regard du travail accompli. On ne comptait pas nos heures. Jamais.





 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu