Avertir le modérateur

23/10/2008

T'En Souviendras-Tu ? [Ladyhawke]

Ladyhawke

Pour cause de crise, ne ne tournons pas, oh non, vers le passé, camarade, mais spéculons sur l'avenir.

Oui, puisque notre futur à nous les gueux apparaît aussi sombre que dorés sont leurs parachutes, laissons donc leurs bourses s'effondrer et bandons comme des ânes sur des lendemains musicaux qui dansent de types néo-zélandais.

Oublions donc un temps les "T'En Souviens-Tu ?" de cette rubrique - c'est ballot car je t'avais réservé un Bon Scott d'outre-tombe beuglant "Back In Black" ... - pour nous poser, sans tabou et en toute transparence, cette ravigotante question :
Ladyhawke passera-t-elle l'épreuve du temps ?

En d'autres termes la jouerons-nous en radio - déjà que nous ne sommes pas bézef - dans dix, voire vingt ans ?

Après tout on nous gave bien de Balavoine pourtant inécoutable aujourd'hui !
Alors pourquoi pas elle ?

Ladyhawke - autrefois Michelle Pfeiffer dans un film-tu-le-crois-pas tellement l'est kitchissime - est la vraie bonne surprise de cette rentrée.

Ladyhawke te fait oublier la crise qui gronde avec un album inclassable, carrément hors du temps.

Rien que son "Paris Is Burning" est une pure merveille.

Mais il y a encore mieux avec "Dusk Till Down"

Dès les premières mesures, c'est génial, t'as envie de zapper.
Cette intro au synthé typique des années 80, entre Philippe Cataldo ("Les Divas Du Dancing") Kim Wilde et Stéphanie De Monaco, suivie d'une basse à la "Relax" de FGTH, fallait oser !
Mais tu restes par simple curiosité, et tu fais bien car ce qui suit est imparable.
C'est du bonheur en barre.
En plus, c'est d'une courtitude à la fois frustrante et jouissive.

Bref, LE tube parfait en ces temps moroses.

Enjoy ton Vivelle Dop, jeune abruti !



podcast



Dusk Till Down - Le Clip

09/10/2008

T'En Souviens-Tu ? [The The]

For Promotion Only

Il y a des questions qui resteront éternellement sans réponse comme par exemple :
Pourquoi donc, ami consommateur, fais-tu un triomphe à Peter & Sloane avec "Besoin De Rien, Envie De Toi" [Premier n°1 de l'histoire du feu Top50] et boudes-tu Matt Johnson & Sinead O'Connor avec "Kingdom Of Rain" ?
Tant musicalement et lyriquement, y'a même pas photo, le second est une merveille quand le premier ressemble à un attentat musical ayant décimé toute une génération.

Mais bon, comme me le confiait un jour, désolé, Jean-Louis Murat, tout comme elle n'est absolument pas une terre de football, la France n'est pas un peuple de mélomane.
Y connaît rien à la musique, le populo, quoi, et j'crois bien que c'est la triste vérité.
Triste car les radios fonctionnant pratiquement toutes sur la technique dite des panels, le résultat c'est que nous tournons avec des tubes (parfois, souvent discutables) et non avec de la (vraie) musique.

Mais qui est donc Matt Johnson ?

Eh bien c'est un sale con bourré de talent.
L'architecte du groupe anglais The The, qu'il a fini par broyer dévoré par un égo démesuré.

Après quelques succès d'estime ("This Is The Day") en 1989 le groupe connaît la gloire avec un album qui restera, et sa référence, et son chant du cygne : "Mind Bomb"

The The : "Mind Bomb"

Pour cet album Matt Johnson fait appel à deux énormes personnalités :
Le guitariste cofondateur des Smiths, Johnny Marr, et l'hystérico-boule-à-zéro-vocaliste-irlandaise, Sinead O'Connor.
C'est avec elle qu'il a la bonne idée d'interpréter ce bouleversant chef-d'oeuvre d'Amour :
"Kingdom Of Rain"

Après quoi, pour The The, ce sera le déluge.

Fais péter (sans Sloane) mon jeune gélifié du cassis !



podcast



Kingdom Of Rain, Le Clip.

17:49 Publié dans Golden Years | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : the the, matt jonhson, sinead o'connor, johnny marr, mind bomb, kingdom of rain | | | |

22/09/2008

T'En Souviens-Tu ? [Chicks On Speed]

Chicks On Speed, Mon Groupe De Filles A Moi !

Tu vois les Spice Girls ?

Les Pussycat Dolls ?

Ben Chicks On Speed c'est tout l'inverse.
Mais vraiment !
Autrement dit c'est foutrement meilleur, et surtout, nettement plus drôle que les groupes de pétasses .. de filles précités.

Au moins, avec Chicks On Speed, on est certain d'entendre du son, et du bon.

Leur album de référence est sorti en 2003 ["99 Cents"] un joyeux bordel, absolument jouissif de bout en bout avec en prime, une épatante reprise du "Wordy Rappinghood" du Tom Tom Club, reliquat génial de Talking Heads.

Le choix du titre était plutôt ardu, tant il est difficile de se passer d'un "Culture Vulture", mais bon, puisqu'il fallait n'en prendre qu'un, alors ce sera celui-ci :
"We Don't Play Guitars".

Enjoy ton Biactol, jeune padawan !



podcast



We Dont' Play Guitars, Le Clip !

19:03 Publié dans Golden Years | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chicks on speed, tom tom club, talking heads, 99 cents, we don't play guitars | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu