Avertir le modérateur

05/09/2010

Un Cauchemar De Radio

On Air.jpgLes « infos » ce sont de fines bandelettes de papier blanc, on dirait des plumes maigres et mal dessinées ; à la réflexion plutôt des aiguilles de montre grossièrement découpées, un peu plus épaisses, mais pas trop. Elles sont toutes percées d’un trou afin que je puisse les caler sur ce qui sert de console. Elle aussi, est étrange, ne ressemble à rien de que ce j’ai connu jusque là. C’est noir, plat et déroutant. Presque repoussant.

Sur les bandelettes, quelques mots griffonnés à la main, si petits, si mal écrits, que je ne parviens pas à les décrypter. Ils indiquent le sujet du reportage à lancer. Et la musique c’est pareil.
Tout est comme ça. Tout ce qui est à diffuser est en papier, illisible. De petits bouts de papier qu’il me faut trouver et lancer à l’antenne, mais rien pour se repérer, ni conducteur, ni quelconque indication, pas plus des repères de temps, rien n’est « timé ».

Je panique et me perds, d’autant plus que j’ai du mal à les trouver ces maudits bouts de papier, savoir à quoi ils correspondent, si ce sont les bons ou pas, de la musique, de l’info, des pubs, des jingles, je n’en sais rien ou n’ai pas compris et n’ose pas demander.


Mais à qui demanderais-je ? il est déjà trop tard, je suis à l’antenne ! Et très vite, me voilà dépassé. Noyé. Très vite, il n’y a rien à l’antenne. Des « blancs » immenses. Terribles. Et quand je les comble c’est maladroitement, marmonnant n’importe quoi ; ça tombe à côté, toujours, ça n’a ni queue ni tête. Tout ce que j’ai appris, tout ce qu’on m’a enseigné ne me sert à rien. Toutes les ficelles, les béquilles, même les ruses de fumistes sont inutiles. Ça ne marche pas ! Et plus j’avance, moins j’y arrive. Les « blancs » se font plus longs et plus lourds. Je suis terrifié de peur à l’idée que l’on puisse s’en apercevoir. S’ils s’en rendent compte, ils vont me virer, je pense effrayé … C’est une spirale, elle est infernale, impossible d’en sortir. Pourtant, je lutte, je ne peux renoncer, ça n’est pas possible. Je lutte contre l’humiliation, ce moment où il n’y aura rien, plus rien à l’antenne. Je sais, cependant, que ce moment viendra. Tant tout est contre moi, je ne peux pas le gagner, ce combat-là … quand soudain, enfin ! j’en sors, de cet enfer. En sursaut, hébété, le cœur à 100 à l’heure.

Sans doute, d’autres animateurs-radio ont connu ça. Ou quelque chose qui s’en approcherait. Ce genre de cauchemar (récurrent). Où l’on court comme un fou dans un studio (ici, ça ressemblait plutôt au poste de pilotage d’un bateau sombre et dépenaillé) cherchant de quoi nourrir l’antenne, mais rien, on ne trouve rien, et les « blancs » s’étirent, le vide. Quoi que l’on fasse.
Peut-être que chaque profession a son cauchemar bien à lui. Un postier paumant ses lettres, par exemple. Une caissière de supermarché dépassée par les produits à enregistrer, parce que trop, il y en aurait trop, et ça ne s’arrêterait jamais … Quels sont les cauchemars des autres ? A quoi ressemble-t-il ? Ceusses de nos métiers respectifs ..


PS : Il y a quelques jours, je compulsais de vieux carnets et en trouvait un autre. Enfin, un autre ! on ne peut pas dire que ce soit un cauchemar. Non. Même s’il ne fait pas plaisir, mais qu’importe. Il y avait, cette fois-là, me semble-t-il, quelque chose à retenir. Sans faire dans le grandiloquent ou le mystique, il y avait, oui, comme un message. Un avertissement.
Or, donc, une nuit d’avril 1997, je recevais une lettre de Philippe Labro alors directeur des programmes et vice-président de RTL. Une lettre très sévère où il m’expliquait que ma vision de la radio n’était pas la bonne :
« Vous faites de la radio dans le seul but de vous écouter vous-même » écrivait-il …
Ça vous gifle, violemment, mais au moins, ça vous amène à réfléchir. A une remise en question. Il faut dire, préciser aussi, que dans la réalité, la « vraie vie » comme l’on dit, ils sont bien peu nombreux à vous sortir des vérités. Comme un père. Mais les « pères » en radio, je crois, il ne faut pas trop y compter. Il n’y en a plus. Ou presque plus. Et ça s’entend …


[Et si on ajoutait de la musique ?] :

podcast



Commentaires

Via FB : "Vais-je faire mieux demain et qu'est ce que je vais pouvoir leur raconter?..."

Écrit par : Bianca H | 08/09/2010

Via FB : "Dans mon cas de technicienne, ce sont les leds rouges de la Gorgy qui s'égrennent, l'élément suivant pas prêt, d'ailleurs, lequel est-ce ? Blanc antenne interminable. De chaque côté du micro, tu vois..." :))) .

Écrit par : Carole M. | 08/09/2010

Bonjour Philippe,

Bon, venant de retrouver votre fuseau horaire... et l'Hexagone de surcroît... je me permets un comment, modéré cela va de soi ! Nonobstant la tranche horaire !

Encore que... ma modération s'arrête là où les excès d'aucuns commencent !

Intéressant (pardon, j'en viens enfin au vif du sujet à proprement parler) votre propos et votre réflexion sur ces "pères" en radio qui ne sont plus légion à donner de la voix... Que dire des "pères" en pub de même carrure, désormais peu ou plus, voire défunts ?? Nous reste, certes, les fils de pub ! Pour ceux qui aiment bien s'écouter penser eux-mêmes !;-)

Bonne soirée,
Sophie

Écrit par : Sophie | 09/09/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu